Celles qui suivent mon Facebook se rappelleront surement qu’en juin dernier j’étais à Berlin pour une conférence internationale sur un sujet quelque peu particulier : la rosacée !

 

Pourquoi ?

Parce que c’est un sujet qui m’interpelle depuis longtemps (depuis la première campagne nationale qu’on m’avait demandé de relayer) et que j’ai eu l’occasion d’observer son évolution -en vrai- chez certaines blogueuses et youtubeuses.

Act on Red 2

La Rosacée c’est quoi ?

Derrière le terme « rosacée » se cache un peu tout et n’importe quoi.
Certains vous diront que c’est la maladie qui fait rougir, d’autre vous diront que c’est un masque de grossesse permanent et j’ai même entendu dire que c’était le résultat d’une allergie au soleil #nimportequoi

Donc pour faire court, la rosacée c’est une maladie dont on connait bien les symptômes, mais qu’on ne sait/peut pas traiter aujourd’hui.

Il s’agit d’une rougeur sur le visage qui va devenir persistante et s’accompagner, parfois, d’une acné sévère dont on n’arrive pas, ou peu, à se défaire.

Most common Rosacea triggers - Act on Red - Google Chrome_2

De fait, on a souvent du mal à se faire diagnostiquer correctement une rosacée car on peut confondre facilement le début d’une rosacée avec :

-une acné de l’adulte

- un coup de soleil persistant

- des rougeurs de chaleur ou de stress

- etc…

Le truc, c’est que la rosacée est une maladie évolutive dont les symptômes vont petit à petit se faire plus persistants et plus dur à combattre.
Si vous voulez voir « en photo » ce qu’est de la rosacée du stade léger à « lourd » cliquez ici

Au début, une majorité de personnes atteintes va combattre les rougeurs avec des crèmes hydratantes « anti rougeur », puis des fonds de teint très couvrants.

Certains vont aussi utiliser des astuces de grand-mère comme se passer des glaçons sur les zones touchées ou des masques à l’eau de bluet. Mais tout ceci ne soigne pas la rosacée !

La seule et unique solution face à la rosacée, c’est de consulter un dermatologue !

 

Pourquoi consulter un dermatologue ?

D’abord parce que pour bien soigner, il faut avoir bien diagnostiqué !
Et croyez moi, j’ai déjà vu un paquet de filles passer au travers les mailles d’un vrai diagnostic.

Ensuite parce que le dermatologue prescrira un traitement permettant de soigner certains symptômes (notamment acnéiques) et il vous proposera aussi des conseils avisés pour limiter au maximum le flush ou autres rougissements inconfortables (saviez-vous par exemple qu’il faut limiter l’alcool au maximum ?)

comment lutter contre la Rosacée  couperoseDécouvrez les astuces ici

Enfin, parce que les dermatologues consciencieux sont au fait des avancées sur la question et peuvent vous apporter de nouvelles réponses au mal
. C’est d’ailleurs un des points qui m’a agréablement surprise lors de cette conférence : un nouveau médicament permet désormais de prévoir et contrer l’apparition des rougeurs !
Ça n’a l’air de rien dit comme cela, mais sachez qu’il n’y avait RIEN jusqu’à présent pour éviter aux rougeurs de la rosacée apparaître.

01_infographic_french_v2-1-

 

Pourquoi une conférence à Berlin ?

Si je me suis déplacée à Berlin, c’est que la conférence à laquelle j’ai été invitée se voulait une annonce grandiose et globale, pour annoncer le lancement d’une campagne internationale

Act on Red (c’est son nom) est une campagne internationale qui souhaite informer le public de ce qu’est la rosacée et pousser à la consultation lorsqu’on a un doute.
Et parce que la campagne se veut de grande ampleur, ils ont fait appel à une célébrité pour en être l’égérie.

Je ne sais pas si vous l’aviez remarqué mais il y a un paquet de VIP atteint de rosacée, et ils ne la camouflent pas souvent efficacement. Le meilleur exemple est Bill Clinton. :/

En l’occurrence, l’égérie de Act on Red est Cynthia Fox, la très célèbre rouquine de Sex and The City !
Elle se porte ainsi témoin des difficultés que rencontrent les personnes atteintes de rosacée chaque jour… tout en assurant qu’avec un bon diagnostic on peut parfaitement juguler le phénomène (à défaut de le soigner).

cynthia pour la campagne Red on Act

Et ça apporte quoi Act on Red ?

En France, Act on Red est surtout une campagne qui va apparaître dans la presse professionnelle (médecin) et féminine, on que l’on peut d’ores et déjà consulter sur le web avec le site Agir Contre les Rougeurs.
Mais en Espagne, Grande Bretagne ou Canada, j’ai remarqué que les sites étaient polus complet et comportait un intéressant volet d’auto-diagnostic que je vous invite à consulter
D’autre part, ça m’a aussi convaincu de la nécessité de communiquer plus, et mieux sur le sujet !

APPEL à CANDIDATURE

Act on RedParce qu’il est tout de même rudement facile d’en parler … lorsqu’on a le temps d’en parler. J’ai décidé de prendre les choses à bras de corps !
C’est pourquoi j’’organise une rencontre sur le sujet entre blogueurs le mardi 14 octobre à 19h à Paris !

Il s’agit d’une réunion de 10-15 personnes (maximum) pour s’informer sur le sujet et dialoguer avec un dermatologue. Un truc informel, mais qui permettra de répondre à vos questions et de faire passer le message autour de vous !

Du coup, si ce sujet vous interpelle - parce que vous avez souvent des rougeurs,  que vous vous demandez si vous faites de la rosacée, ou juste parce que ça vous semble important - je vous invite à me contacter par e-mail et pour commentaire pour que je puisse vous inviter à l’événement !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments 4 commentaires »

Ayez ! Le site est enfin debugué ! 
(Pour celles qui n’avaient pas suivi via Facebook ou Twitter le site était OUT depuis 15 jours après une vilaine petite attaque qui a saturé la base de donnée )

Du coup il va falloir me laisser un poil de temps pour me réorganiser , mais je pense qu’on est bien reparti ^^
J’ai pas mal de choses à vous raconter, et même deux opés à vous proposer cette semaine

Je reviens donc  très vite !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments Un commentaire »

Ne vous êtes vous jamais demandée, en soirée ou ailleurs, si quelqu’un n’avait pas drogué votre verre à votre  insu ?
Il s’agit peut être d’un scénario paranoïaque… mais un scénario bien réel pour plus de 100 000 femmes, chaque année, aux USA.

Fort de constat, on trouve depuis longtemps des tests en pharmacie, afin de vérifier la présence de drogues du violeur dans un liquide.
Mais il s’agit souvent de tests que l’on utilise pour mettre en évidence la drogue après avoir constaté les faits, ou pour piéger un présumé coupable.

 

De fait, comment se prémunir de ce risque sans passer pour une paranoïaque en puissance et « casser l’ambiance » à chaque sortie en boite ?

 

Cette question, Undercover Colors se l’est posée et propose officiellement  une solution aussi originale que bien pensée : un vernis à ongle qui change de couleur au contact de liquide contenant la drogue du viol !

Undercover color

L’idée est non seulement surprenante, mais surtout parfaitement pensée ; puisqu’elle peut être TRÈS rentable dès lors qu’Undercover Colors propose un vernis de qualité, qui remplit son rôle de testeur et… se décline en une myriade de coloris plus affriolants les uns que les autres. ;-)

Car à choisir entre un vernis X et un vernis Y, si les deux sont de bonne qualité, que ne choisiriez vous pas un vernis qui a ce petit « truc » en plus (quand bien même vous n’êtes ni parano , ni assidue des milieux festifs ?)

Il suffira, une fois équipée de ce vernis, de plonger discrètement son doigt dans son verre et d’attendre un  peu. Si le vernis vire au noir, la boisson testée contient l’une des drogues du viol ( GHB, Xanas ou encore Rohypnol ) !

Undercover Colors vernis à ongles anti drogue du violeur

 

Bref, la news tourne depuis quelque temps car la marque a lancé une grande levée de fond pour pouvoir passer en production (ici)

 

Vous pouvez trouver plus d’informations sur la page de la marque ou sur son site.

Mais vous, qu’en pensez-vous ?

 

Ce qu’en dit la marque :

In the U.S., 18% of women will be sexually assaulted in their lifetime. That’s almost one out of every five women in our country. We may not know who they are, but these women are not faceless. They are our daughters, they are our girlfriends, and they are our friends. 

While date rape drugs are often used to facilitate sexual assault, very little science exists for their detection. Our goal is to invent technologies that empower women to protect themselves from this heinous and quietly pervasive crime.

For our first product, we are developing a nail polish that changes color when it comes in contact with date rape drugs such as Rohypnol, Xanax, and GHB. With our nail polish, any woman will be empowered to discreetly ensure her safety by simply stirring her drink with her finger. If her nail polish changes color, she’ll know that something is wrong.

Through this nail polish and similar technologies, we hope to make potential perpetrators afraid to spike a woman’s drink because there’s now a risk that they can get caught. In effect, we want to shift the fear from the victims to the perpetrators. We are Undercover Colors and we are the first fashion company empowering women to prevent sexual assault. 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments 6 commentaires »

Depuis ces dernières semaines, j’ai donc parcouru plusieurs grandes régions de l’Inde en passant par le Sud Est, le Nord, l’Ouest, le Centre et le Sud Ouest. Autant vous dire que je ne compte plus les kilomètres parcourus ni les heures d’avion, de bus ou encore de voiture ^^

Mais ceci m’a permis d’avoir une vision un peu plus globale de la beauté en Inde. Car souvent, lorsque les gens parlent « d’Inde », ils parlent en fait du Rajasthan. Or, si le Raj est la région la plus ancrée dans ses traditions et habitudes (tout du moins face aux touristes), elle reste la simple partie émergée d’un énorme iceberg.

De la même manière, passer par Mumbai (ancienne Bombay) ou dans les supermarchés (et mall des grandes villes) est une excellente idée pour comprendre ce qu’est l’Inde immergée…
Celle qui se vit à la façon XIXème siècle, avec l’urbanisme le plus proche de ce que nous connaissons en Europe et à une consommation calquée sur le modèle occidental (bien qu’adapté à 100% pour la culture locale).

 boutique de beauté en Inde(Ceci est un beauty Shop indien (dans un coin très touristique, hein ;-) )

Du coup, j’estime que j’ai désormais une idée plus claire de ce qu’est la « beauté » pour des indiennes, quand bien même elles sont beaucoup plus nombreuses et différentes que ce que veulent bien nous faire croire les magazines d’Europe ! ^^

Et le mot clef qui revient dès qu’on parle beauté en Inde c’est « naturel » !
Les indiennes sont très très attentives à ce que leurs produits de beauté soient le plus naturel possible et, en ce sens, elles sont particulièrement réfractaires aux produits occidentaux qui n’adoptent pas ce code.
Elles sont d’ailleurs nombreuses à fabriquer leurs produits de soin elles-mêmes, en utilisant pour cela des produits alimentaires, des terres ou encore des épices.
Le meilleur exemple est surement le masque de visage au Curcuma que j’avais découvert grâce à Beauty Lab de L’Oréal (dont je vous re parlerais plus tard), ou la bouillie de concombre et curcuma qu’elles utilisent en masque visage !

 

D’un autre côté, les indiennes sont tout de même à la recherche de produits miracle.
Et en ce point, elles s’intéressent aux produits des marques occidentales (ou adaptation). Cela concerne avant tout les crèmes de blanchiment de la peau, les shampooings brillance et réparateur, et le maquillage qui tient longtemps.

D’ailleurs, si on prend la peine de regarder la télé locale, les publicités beauté sont à 35% pour du savon (en pain), 35% pour des shampoings, 25% pour des crèmes unifiantes et le reste concerne les quelques produits comme le déodorant/parfum ou le maquillage des yeux.

Autant vous dire qu’il y a une sacrée fracture entre chez nous et chez eux ^^

 

Pour autant, il est sacrément intéressant de regarder le marché très particulier du cheveu.
Car ici, la beauté du cheveu est une véritable re-li-gion ; en dehors des plus pauvres (mais alors vraiment très pauvres) toutes les femmes prennent un soin maladif de leurs cheveux !soins cheveux en Inde

C’est d’ailleurs ce qui explique le drôle d’achalandage des produits de beauté. Dans toutes les régions que j’ai parcourues, les quelques magasins qui vendent des « produits de beauté » vendent surtout du shampoing !
Ce sont des produits ayant une formule assez simple mais qui axent leur communication sur des principes actifs naturels, exception faites (parfois) des produits de « réparation ». On trouve beaucoup d’huile capillaire, des shampoings aux plantes et quelques masques à l’occidentale en unidose.

Car même dans leur usage des produits occidentaux, les indiennes se distinguent encore  de nous ! Le peu de produit transformé qu’elles achètent, elles l’achètent principalement en format individuel. Un format d’ailleurs si petit, que nous l’appellerions un échantillon !
Cela permet de proposer des produits « chers » à des prix très attractifs comme 3, 5 ou 10 roupies ; les consommatrices peuvent ainsi les tester/acheter en fonction de leur besoin !

shampoing a 3 roupilles

Ça m’a beaucoup surpris au début, mais je trouve cette pratique beaucoup plus responsable que la nôtre.
Rappelez-vous du masque pour cheveux abimés Dove dont je vous avais parlé. Il s’agit d’un produit blindé de silicone mais qui vous assure un « photoshopage » de vos cheveux en bonne et due forme…
Et bien nos copines indiennes appliquent exactement le conseil que je vous donnais : elles achètent ponctuellement un produit qui va booster leurs cheveux, mais elles préfèrent en prendre soin au quotidien avec des produits qu’elles jugent plus sains !

 

La suite bientôt ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments 2 commentaires »

* *